« L’Azerbaïdjan a l’intention d’augmenter l’approvisionnement en gaz de l’Europe via la Turquie. La question est en cours de discussion avec Ankara et Bruxelles », a déclaré Parviz Chahbasov à l’Agence Anadolu, alors qu’il participait au forum diplomatique d’Antalya ce week-end. Il évoquait les projets d’exportation de gaz azerbaïdjanais.

Parviz Chahbazov, ministre de l’Énergie à Bakou.

Au milieu de la guerre en cours entre la Russie et l’Ukraine, les États-Unis et la Grande-Bretagne refusent d’importer du gaz et du pétrole russes.

L’Union européenne ne peut plus arrêter d’importer du gaz russe, qui représente environ 40 % de sa consommation d’énergie. Néanmoins, Bruxelles entend réduire des deux tiers les importations de gaz russe d’ici la fin de l’année et devenir totalement indépendante de la Russie sur le plan énergétique d’ici 2030.

Selon le ministre azerbaïdjanais de l’économie, le gaz azerbaïdjanais peut être une alternative pour l’Europe. 

Selon Chahbasov, l’Azerbaïdjan dispose de 2,6 milliards de mètres cubes de gaz naturel, ce qui est encore suffisant pour 100 ans pour « approvisionner la consommation intérieure et les exportations » et exporter vers l’Europe. 

Le ministre a noté que le Corridor gazier sud offrait de grandes perspectives et qu’il était prévu d’étendre les exportations de gaz vers l’Europe. À cet égard, des négociations ont déjà commencé avec un certain nombre de pays européens, dont la Turquie.

Le mois dernier, Bakou a accueilli la huitième réunion du Conseil consultatif du projet de corridor gazier sud, à laquelle ont participé des représentants de 19 pays, dont deux commissaires de l’UE.

Les présidents turc et azerbaïdjanais ont également parlé de nouveaux projets énergétiques la semaine dernière, lorsqu’Ilham Aliev était à Ankara pour une visite de travail.

Fin 2020, l’Azerbaïdjan a commencé à vendre du gaz via le gazoduc transatlantique vers l’Europe. Ce programme est conçu pour 25 ans et implique l’exportation annuelle d’environ 100 millions de mètres cubes de gaz vers le marché européen, dont la majeure partie est l’Italie. La Grèce et la Bulgarie reçoivent également du gaz azerbaïdjanais.

Parviz Chahbasov a également parlé des plans de Bakou pour le soi-disant « corridor de Zangezur ». 

Selon lui, ce corridor, qui relie l’Ouest et l’Est et qui est important pour toute la région, sera non seulement une nouvelle voie de communication logistique-transport, mais sera également utilisé pour les exportations d’électricité. L’objectif est d’utiliser le corridor pour la production d’énergie verte à l’avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :