photo : hhpress.am

À notre époque, les guerres de l’information sont devenues monnaie courante. Leur influences s’est accrue sur les guerres, car elles affectent directement la formation des idées, des approches et des opinions. En conséquence, des images complètement différentes de la réalité apparaissent dans la conscience des gens qu’il n’y en a dans la pratique. (par Lusine Mkhitaryan)

Le conflit entre la Russie et l’Occident au sujet de l’Ukraine comprend également une composante de la lutte de l’information. Dans ce cadre, l’activité des ressources médiatiques russes est interdite dans certains pays, il en va de même en Russie.

Le superbe logo de Roskomnadzor

Le Service fédéral de supervision des communications, des technologies de l’information et des médias de masse, Roskomnadzor a bloqué l’accès au portail d’information et d’analyse azerbaïdjanais « Haqqin » en Russie le 16 mars, et hier au site Internet azerbaïdjanais « minval.az ».

L’institution a justifié la décision de bloquer le site par la loi fédérale, qui limite l’accès à la ressource si elle contient des appels aux émeutes, à l’extrémisme et à la diffusion de fausses informations. La décision a été prise à la demande du bureau du procureur général de la Fédération de Russie.

Selon EADaily, plus d’une douzaine de sites d’information étrangers ont déjà été bloqués, dont deux portails d’information et d’analyse israéliens, ainsi que la diffusion russe de la télévision israélienne Channel 9.

En effet, certains médias en Azerbaïdjan et en Israël, y compris des publications en langue russe dans les pays susmentionnés, expriment ouvertement leur position anti-russe sur les événements qui se déroulent.

Par exemple, le hackin.az azerbaïdjanais utilise le terme « opération militaire spéciale » de la Fédération de Russie en Ukraine uniquement entre guillemets, tout en diffusant le message des services de renseignement militaires ukrainiens selon lequel « le président syrien Bachar al-Assad a promis de fournir 40 000 combattants à la Russie pour la guerre en Ukraine. «  ou « Dans un avenir proche, la Fédération de Russie prévoit de déplacer des armes, du matériel militaire et d’autres ressources de la Syrie vers la Biélorussie et ses territoires pour assurer la sécurité des forces d’occupation russes. »

Il convient de noter que l’Azerbaïdjan mène des formulations et une propagande d’information anti-russes même après la signature de la Déclaration sur la coopération alliée avec la Fédération de Russie à Moscou le 22 février. Le fait qu’ils aient convenu de « s’abstenir de toute action qui, de l’avis de l’une des parties, nuit au partenariat stratégique et aux relations alliées entre les deux pays » ne semble pas préoccuper la partie azerbaïdjanaise.

On sait que tous les flux médiatiques et les réseaux sociaux en Azerbaïdjan sont contrôlés et contrôlés par les autorités du pays, par conséquent la propagande est basée sur les approches étatiques de l’Azerbaïdjan, qui créent des ambiances appropriées au sein de leur société.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :